• lifexploratrice

Observations et réflexions

Dernière mise à jour : 17 mai

« J'ai médité pendant des mois chaque jour. L’exercice que je faisais était de m’asseoir pendant 20 à 30 minutes et de me concentrer uniquement sur la respiration. Pensées-Pensées-Pensées-Souffle. Grâce à cela, j’ai pris conscience des pensées au cours de la journée"


(Poems are written in French- Fries)



Temps


Le temps n’est plus.

Il n’a jamais été.


Fusse le sentiment du temps variable

Celui dont on parle le plus souvent,

A aucun moment,

Ne laisse indifférent.


Tête

Ma tête cogne…

Tiens c’est étrange…

Je l’avais oubliée

Ma tête


Ces symptômes ne me sont pas inconnus.

Comme paralysée par le

Flux continus.

Je tente de me distraire

De cette situation mentale précaire.

Mon estomac complice

M’adresse ses complices.



Amour(tout est amour mais un titre c'est pratique)


Assis sur sa chaise

D’un air décontracté,

Les yeux embrumés

Et le sourire aux lèvres.

Vision décomplexée,

Voir altérée.


Il n'a pas encore exposé

L’étendue de la bonté/beauté.


Cerveau endolori

Je décide de me rafraîchir.

Une âme vagabonde je rencontre.

Fusion au son

De la loi de l'attraction.


Alors que tout me semblait perdu,

Que l'espoir m'ait dit au revoir,

Je commençais à broyer du noir.

Puis en un instant,

Le présent me parut infiniment grand.

Des yeux j'ai rencontré,

Ici pour confirmer,

Ce que je ressentais.

Il n'y avait plus qu'à lâcher prise

Dans cet univers de merveilles

Comme ci tout se dessinait

À ma volonté.


Il m’a interpellé

D’un regard interloqué

Interrogeant l’essence de ma présence

Suis-je bien d’ici, qu’il m’a dit ?

Ils ne formèrent plus qu’un

Pour subvenir

Aux besoins de chacun.


Société


Mes parents payent la télé

Mes parents payent le cinéma

Et la pub est toujours là

A n’en plus finir

Elle encombre mon avenir

De pensées dépensières

Telle qu’une serpillière

Nécessaire

Afin de nettoyer mon esprit

De toutes ses ventes pourries.

-Distractions modernes.


Bienvenu dans mon monde

Tout ce que je ne peux voir

Je ne peux y croire.


Est-ce notre de choix de carrière

La traduction de notre mission ?

Où quelque soit mon choix

L’épanouissement m'est garanti ?


Holà ! Nouvelle perceptions les gars !


Espoir

Volonté contre tout et pour tout.

Tel l'amour

Je fonce tête baissée

Emplie de conviction.

La rationalité n'est plus.


Je suis en sécurité.

Pleine de regrets.


Je pensais

La société créée à mon désavantage.

Comme étriquée

Dans ce qui me semblait

Être

Un mauvais sort.

-Révélation-

Je suis un maillon

Catégoriquement

Rébellion,

De la plus grande exception.

J'arrive avec ma vision.

De quoi donner des frissons.

Tout ce que je perçois

Cherche à me transformer

En un être flagada.

Jusqu'à ce que

Je comprends

Comment

Je me suis fait avoir.

La joueuse c'est moi.

Le jeu est lancé.

Il ne me reste plus

Qu'à affronter

Le monde des possibilités.

Étant donné

Que demain

Je mourrai.

.Fait.

-Game on-


Thoughts


Que le temps des peurs s’évapore

Et laisse place,

A celui connu,

Pour être le plus farfelu.

Courage ! Rage !

Je m’en vêtis comme un apanage

Avec mon ventre empli de papillons

Et m’exclame,

Pleine de postillons

A l’audience récalcitrante.


Je les veux happantes.

Soucieuse d’être présente.


L’énergie salvatrice

Monte et descend

A n’en plus finir.


Un voile couvre mes yeux.

Je me délecte de ce nouvel

Horizon.

Perceptions.


La perfection n’existe plus,

Ou du moins,

Elle est, à présent,

Incarnée.


L’âge c’est comme l’apanage

Signe de naufrage.

On s’y cache comme sous un camouflage.


Lorsqu’on attend

Notre corps se détend,

En attendant,

Votre esprit

Est patent.


Le froid crispe tout mon être.


Nos pensées se pétrissent

Jusqu’à ce que

Quelques-unes d’entre elles

Malices à leur guise

Obnubilent mon esprit

Ne formant ainsi

Plus qu’une bulle

Dans laquelle je hurle.


J’ai le ventre serré,

Mes pensées encombrées

J’en oublie de respirer.


Quand la soif vous prend

Le phénomène se répand

Jusqu’à atteindre vos narines

Pour se glisser à vos lèvres

Aussi sèches que le désert

Pour ne pas dire comme en enfer.


Une palette d'essence prend alors naissance.


Il m’arrive parfois

De fermer les yeux d’effrois.


Au Salut

Il y a autant de crispations

Que d’émotions non résolues.


Mes papilles se délectent

Au goût de ces fruits.

Je regarde la mousse

Rouge et pleine de bulles.

-Hypnotisée.


Dans les moments

Où tout est remis en question

Une lueur d'espoir

Fait son apparition.

-Soupir profond.


Le ventre coupé en deux.

Splash

(stress)


L'avion passe

Par-dessus

De ton nez

Le monde

N'a cessé

De tourner.


J'avais oublié,

À quel point l'on peut se fourvoyer

A discuter de nos pensées.

Leur perception et leur niveau de conscience

Varie tellement

Que l'on pourrait s'y méprendre

A penser concorder.

Il s'agit de requestionner continuellement

Le sens que chacun leur accorde.

De manière à développer

Une communication aiguisée.

Nourrie de vérités.


Parfois je me sens submergée.

Comme engloutie

Par mes propres pensées.

Cultivant mes peurs

Avec ardeur.


Il me faut accepter le néant, le rien.

Je ne sais rien

Et tout va bien.


-Construction-

Je pensais

Que les mots

Étaient là

Pour m'épauler.

Il s'est avéré

Que c'est plus compliqué.


À la recherche d'un confort,

D'une normalité.

Je suis à présent

Embrouillée.


Me faut-il poser des mots sur ce que je suis?

Sans eux, m'est-il possible de grandir ?


Je réfléchissais donc.


Dois-je m'accepter comme je suis

Sans tenter d'évoluer?


Ma construction n'est pourtant pas déterminée.


Comment cela se fait-il

Qu'en instants de béatitude

Les mots n'ont plus leurs habitudes?

Dois-je tendre vers cette attitude?


-Tempête-

Plic, Plouc, Plic

Patatraque

Sourde oreille.

Toute mon attention

Est au front.

Boum Braah Prwoudoudou

Je m'anime et m'envenime

Cachez-vous

La brume fume.


Entre pleurs et torpeurs.


Dans les moments de doutes

Il te faut lever les yeux vers les branches

D'un arbre presque immobile

Observateur du dehors

Pour retrouver le calme.


Entre les pleurs, la colère et le désespoir

Je ne sais pas où me placer.

Pourquoi m'est-il si compliqué

De savoir ce qui me plaît ?

A l'intention des vivants, non vivants et entre deux de cette planète.

Je recherche à savoir qu'elle est ma passion

Mis à part vivre

Et mieux vivre.

Dans l'attente de vos nouvelles.



Merci


- Marie Mazeau professeure de Yoga sur Paris et à l'international. Guidance avec douceur et Joie.


#poem #poème #thaughts #developpementpersonnel #writings