top of page
  • lifexploratrice

Qu'est-ce qui te rend la.le plus heureu.x.se ?

Dernière mise à jour : 14 mai 2022

Il s'agit d'une question que l'on m'a posé sur Instagram. Pour y répondre de manière complète je t'écris un article.


En effet, il est intéressant de contempler cette question.


Pour l'aborder je vais diviser la lecture en deux parties. L'une y répondant de manière, simple, attendue puis l'autre s'intéressant à la profondeur de cette question.


Peut-être que tu y découvriras de nouvelles perspectives !


La réponse du tac au tac donnée à une personne que je viens de rencontrer et/ou qui n'est pas familiè.r.e avec l'exploration de soi



Les choses qui peuvent me procurer un sentiment de wahou, de bonheur de la plus évidente (ou pas) à la moins évidente sont :

M'assoir sur les toits de Paris, observer la vue ouffissime de tout Paris de haut. Globalement, toute vue en hauteur d'une ville, village, de la montagne, mer, les étoiles (tout cela est très rare quand on habite en ville) etc m'ébahit, parfois à en verser quelques larmes. J'aime les falaises, les gros rochers sur lesquels on peut méditer,

J'aime les choses simples, une ballade à pieds, seule, peut faire des miracles, l'observation des plantes, de la lumière, des insectes, de la terre, de personnes s'entraidant (c'est quelque chose, pareil, où je peux avoir la larme aux yeux, de simples gestes ramasser une carte tombée et courir après la personne pour le lui redonner, tenir la porte du bus, métro au retardataire, tenter de calmer une personne qui se bagarre, oser s'exprimer quand une personne se fait agresser, regarder ou parler avec irrespect, un geste d'amour d'un parent à son enfant, la complicité chaleureuse d'ami.e.s...).

Je peux être ébahie par l'apparence de l'eau, son goût, la chaleur des couettes, la générosité, la sensibilité de quelqu'un.

J'apprécie les moments ou je suis complètement seule, ou je n'ai rien à faire, aucune obligation ni besoin en matière de survie (nourriture, eau etc) et je suis juste là. Ca s'est très puissant, je n'aurais peut-être pas le sourire (par ailleurs quand je suis très concentrée on croit que je suis triste car mon visage est relâché et mon focus autre part que préoccupé à réaliser des mimiques sociales) mais quelque chose de profond est en train de se passer.

J'aime quand tout se passe dans le flow, qu'il n'y a juste qu'à se laisser porter; Ah quelle sentiment ! Dans la nature je suis dans mon élément. J'explore, joue, observe, chante, parle, crie, entend je ne suis plus quelqu'un, je me fonds, alerte.

J'aime lorsque je suis avec des personnes qui s'amusent, font des choses inattendues quel que soit le regard des autres, c'est très amusant, j'adore. Lorsqu'on m'accepte complètement sans attentes, que je peux faire mes blagues pas très recherchées, et décider de m'allonger, fermer les yeux pour me ressourcer un instant ou rentrer plus tôt chez moi car cela m'a demandé beaucoup d'énergie socialement. On peut danser dans la rue, marcher pieds nues dans Paris, crier, chanter, se déplacer au gré du vent, rires, sauter, s'allonger par terre, danser.... Je me laisse porter et me sens vivre à fond. J'avais également pour habitude d'adorer danser notamment en soirée et ressentir les jours suivant le corps en pleine vie et reposé.

Bon je dois oublier plusieurs choses. Pleins d'éléments fascinent.


Maintenant, reprenons, cette question "qu'est-ce qui te rend la.le plus heureu.x.se?".

Le terme heureux.se signifie pour moi quelque chose d'impermanent, de superficiel.

Alors que la joie elle est toujours là, pas forcément ressentie, reconnue, mais toujours accessible si l'on en a envie, elle fait partie de notre essence, il s'agit d'une qualité inhérente et non d'un plaisir éphémère.


Qu'est-ce qu'être heureux.se ?



En d'autres termes, l'un est causé par quelque chose d'à première vue extérieure à nous et l'autre provient de nous-même, de notre être, du seul fait d'être, là maintenant.


Et cela se confirme par le terme "rend", "qu'est-ce qui te rend la.le plus heureux.se?"


Or, la joie véritable, ne peut être dépendante d'un contexte, de quelque chose d'"extérieur à soi". C'est se vouer à l'échec que d'attendre le bonheur de quelque chose d'externe. C'est savoir pertinemment qu'il y aura une fin à ce sentiment de bonheur, c'est se croire incapable seul.e. d'être Joie, d'émaner cette joie sans raisons contextuelles, par le seul fait d'être! C'est se déresponsabiliser en quelque sorte de son épanouissement, d'à quel point on peut vivre pleinement, satisfait.e, avec aisance et bliss.


Tout cela pour dire, que la chose la plus ouf qui dépasse toutes possibilités de réponses à cette question est pour moi, la pratique du Yoga, la méditation, la contemplation, l'exploration de soi. Je parlerai presque de joie divine, te voilà sourire sans raisons apparentes dans la rue, chez toi, le métro ou que sais-je. Te voilà jaillir d'extase et d'une énergie enveloppant tout ton être pendant une méditation, pratique d'asanas, lorsque je donne un cours ou même après le cours, ou encore sans aucune action spécifique. Tout cela partagé avec la limite des mots.


Tu penses peut-être que nous sommes arrivé.e.s à la fin de nos perspectives sur cette notion de bonheur. Seulement non. Il y a quelque chose d'encore plus transcendant (dans le sens où cela dépasse ton imagination, que probablement si jamais expérimenté, tu n'as aucune idée de cette possibilité). Quelque chose qui rend insignifiant (pas dans le sens de supériorité ou d'infériorité, mais de résonnance, de quelque chose qui fait beaucoup plus de sens en toi) ces notions de bonheur et même de Joie, de bliss. Et cela je pourrais te le traduire par les mots, du moins le tenter mais c'est moins amusant ainsi. A toi d'en faire l'expérience, à toi de réaliser qu'il existe quelque chose de plus à tout cela, que tu n'es pas ce que tu penses être, que la réalité qu'on t'a présenté, inculqué depuis ton jeune âge n'est peut-être pas si définit que cela, si réelle... Cette réalisation dépasse toute attente, et rend gaie toute la vie, elle tourne tout sans dessus dessous et à jamais ta vision de la vie change.


C'est sur ces termes qui deviennent de plus en plus abstraits et sujets à interprétations que je te laisse,


Lifexploratrice

- Marie Mazeau professeure de Yoga sur Paris et à l'international. Guidance avec douceur et Joie.

bottom of page