• lifexploratrice

Masturbation intellectuelle : la politique

Dernière mise à jour : 16 mai

Dans le dernier article on a parlé de Sexe. Today, j'aimerais parler politique. Je me suis lancée sur des sujets tricky.


Week-end des élections européennes.

AH.

Il me vient cette question: que faire?


La politique s'arrête à un mot pour moi. En effet, je m'interroge dessus, et ne perçois rien de tangible. Pourtant elle impact nos modes de vies.


Prise de conscience et politique

Avant de me pencher un peu plus sur le sujet, j'aimerais remercier sa présence dans notre vocabulaire. Contempler le concept de "la politique", ce qu'il signifie et ce qu'il permet, nous amène à prendre conscience de pleins de choses sur nous et sur le réel (je n'emploie pas le mot "monde" pour te suggérer de le re-questionner). Du style: Je ne suis pas la politique, je ne m'identifie pas à cette dernière et, ainsi, je ne la prends pas personnellement.


D'une certaine manière, son existence n'est pas réelle.


En effet, il s'agit d'un concept.


Quand je dis "son existence n'est pas réelle", je ne la dénigre pas, je souhaite simplement soulever son caractère conceptuel, comme outil, et non pas essentiel=> essence => vie.

Philosophie, spiritualité, développement personnel VS Politique


Je trouve cela amusant que l'on puisse penser la philosophie, la spiritualité, ou encore le développement personnel * comme des distractions intellectuelles non pragmatiques, de "modes", contrairement à la politique. Or cette dernière n'est que pure création.


En posant notre attention sur le développement personnel ou la spiritualité, c'est-à-dire sur le compréhension de ce que nous sommes, et de ce qu'on perçoit, nous ne sommes pas en train d'imaginer.


On souhaite justement se rapprocher d'une perception plus proche de ce qui est. On veut comprendre ce qui est, là maintenant, et agir en adéquation.

Concernant le développement personnel : on observe où on en est now, on se demande comment nous aimerions vivre, qu'est-ce qui est important pour nous et comment le mettre en œuvre à partir de ce que l'on a.


Pour le spirituel, agir en alignement avec qui nous sommes est un constat in fine. Cela se fait naturellement.

* J'emploie les termes à la mode, cependant je ne trouve pas de mots adéquats pour exprimer cette exploration de vie, quête de sens, de savoir qui je suis, le fait de tendre vers être pleinement… Il s'agit toujours d'une expérimentation, pas de blablas. Le blabla nous permet d'échanger mais il agit bien au-delà des mots.

Les élections

Dans cette réflexion je ne m’intéresserai pas à l’étymologie des termes. Seulement à ce que je perçois de la politique maintenant. En gros, je propose d'en parler comme-ci le concept et son histoire nous est inconnue. On la définit, ici, à partir de nos observations actuelles.

Je n'ai, donc, pas connaissance de la définition du terme "politique" et de ce qu'elle est censée être.

Ce que j'observe:


Moi essayant d'observer
  • En tant que citoyen on pose notre attention sur l'opinion d'autres personnes (les candidat.e.s). Ainsi, on se focus sur l'extérieur et la perception d'un.e autre (cette observation est valable dans la vie quotidienne). Un.e candidat.e expose sa vision des choses, c'est-à-dire ce qu'il,elle pense être réel. Or cela lui est totalement propre. Il,elle ne décrit pas la Réalité. Il évoque la sienne, son rêve. Si ce ou cette dernière a conscience de cela c'est déjà autre chose. Cependant, actuellement, il s'agit de bataille de perceptions. Tout se joue à qui a le plus raison. Ils, elles se chamaillent des mots, des concepts. Loin du réel. Ils, elles se débattent des histoires. C'est moi qui ais raison ! C'est moi qui sais ! Play ground.

  • Maintenant demandons-nous : qu'est-ce qui est réel ? Qui sommes-nous ? Des mots, des concepts ? Pourquoi sommes-nous ici ? Et si c'était un l'intérieur de nous-mêmes qu'il faudrait plonger pour mieux nous comprendre et agir en adéquation ?


Je m'explique

A partir du moment où chacun expérimente la réalité en son interne, cette dernière nous est personnelle. Je pense notamment à la sphère des jugements, et des opinions. Tout ce qu'on choisit de valoriser, ou pas, dans notre expérience n'est que personnel. En réalité les choses sont. Lorsque nous percevons la réalité comme ce qui Est, il n'y a pas de bon et de mauvais, de juste et de pas juste.


Illustration

Pour illustrer ce point, c'est comme-ci je décidais d'émettre une opinion,

donc un jugement, sur ce qui est réel et que je te le partageais.


En premier lieu, on remarque que ce que je vais te dire n'est pas le reflet de la réalité mais est passé par mon filtre personnel (si identification à l'égo).



Ensuite, tes sens, ton cerveau etc perçoivent cette scène personnellement de deux manières différentes.


Par les sens et par ton jugement. (Je fais ici, l'hypothèse que tu n'es pas illuminé.e of course- si ce terme ne te dit rien, forget it).


Par tes sens, ta réalité t'est propre.


Par ton identification et ton jugement, à ce qui est, tu retiens certaines choses et pas d'autres.


En somme, toute ta perception est influencée par: ce que tu crois être, tes accords passés avec toi-même sur ce qui est vrai et ce qu'il ne l'est pas.

Donc, si je caricature, tu es dans ton propre monde de perceptions et moi dans le mien. Bien sûr, je t'invite à explorer cette image et à découvrir ses limites ;)


D’ailleurs, cette réflexion s’applique au blog. Il s’agit d’une perception qui m’est propre, je te la partage mais t’invite surtout à t’explorer et à découvrir les choses par toi-même.

Là où je veux en venir: on considère la politique, soit l'opinion de certaines personnes, comme la définition de notre réalité personnelle.


Cela ne me parle pas du tout.


WTF is that.

Voter?

Voter pour qui?


Mettons la suggestion précédente de côté.

Me voilà avec l'enveloppe contenant certains des candidats.es à l'élection.


D'abord, WTF, ils ne sont pas tous présents. C'est chelou comme procédure. Nice l'équité . Ensuite, pour ta knowledge je ne regarde plus les informations depuis pas mal d'années.

Dans ma tête: Choisir quelqu'un proche de mes réflexions et expériences actuelles


Telles que: la nature n'est pas un sujet externe à nous. Nos corps et tout ce qui vit sous forme matérielle est intrinsèquement lié. Ça ne vaut pas dire que la "nature" ne peut pas vivre sans nous.


Il s'agit plus de s'écouter.


Je sais que j'aime la nature et toute vie, que mon "vaisseau terrestre" (j'emploie ce terme car le mot, corps et sens sont réducteurs) est pleinement en vie dans un cadre naturel "sauvage" (sans l'intention de contrôle sur ce dernier).


La conscience, la recherche de qui nous sommes, comment nous fonctionnons, quel est notre potentiel, pourquoi sommes-nous là, quelle est notre relation avec toutes choses, etc sont les fondements même de notre existence.


Tout part de là.


On oublie le pourquoi de la création des concepts économiques, politiques et autres.


On ne sait plus.


Alors on s'identifie à eux, les pensant être notre réalité et notre raison de vivre. On les pense nous.


En entreprenant, un retour aux sources, au pertinent, à ce qui est, le pragmatisme si vous préférez, et non pas ce qu'on pense qui est, tout change.


C'est là la base même de l'évolution.


Notre réalité matérielle actuelle est la manifestation de ce que l'on pense que l'on est, et de ce que l'on pense qui est vrai.

En posant notre attention sur l'extérieur (concepts, événements matériels) et en s'y identifiant, on se distrait, on n'a plus conscience de comment tout cela fonctionne: l'impact de nos pensées, est-ce qu'il s'agit de nos pensées?, Sommes-nous nos pensées? etc

- à explorer.



Pour finir, je me retrouve à vouloir choisir un.e candidat.e, parce que ben que je vote ou pas il y en aura un.e qui sera élue, alors que j'aimerais plutôt voter pour un système, une organisation sociétale que pour une personne "représentante".


J'aimerais qu'on se focus sur des solutions concrètes comme l’élévation de nos consciences, la compréhension des sciences du corps (respiration, énergie, pensées,...), tout ce qui shape cette réalité matérielle.


Les candidats.es ont des propositions pas cohérentes. Je suis confuse. Pour ce qui est de choix de taxes, du commerce, et tout le tralala, ça me dépasse.


Choix de vote et mes études en économie


Pendant mes études en économie, j'ai compris que :


1. l'économie n'est pas politique. Il s'agit d'équations.


2. le choix des variables est tout à fait limitant. Un choix implique une sélection, donc, une vue définie. Il est difficile d'identifier toutes les variables existantes (il faudrait qu'elles soient toutes conceptualisées), puis de les inclure dans l'équation.


3. Ainsi une décision économique provient du fruit d'une étude (limitée) ou d'une opinion. Dans les deux cas il s'agit d'un attempt (un essai) à définir la réalité et un souhait de prévoir. -> Difficilement envisageable si l'on s'identifie à son égo et à ce que l'on perçoit.


Une décision est réalisée dans un environnement interconnecté toujours changeant.


Tu vois où je veux en venir?


Et même, si il s'agit de réfléchir à un concept organisationnel telle que l'économie! Ce n'est pas parce qu'on a créé ce système qu'il ne dépend plus des "lois naturelles" (j'ai que ce terme qui me vient en tête, bref tu captes).


Peut-on séparer le système de ce qui est?


Sachant que le système est créé dans ce qui est et avec ce qui est?



C'est, par ailleurs, là une explication à la détérioration présente de l'environnement. On a cru qu'on pouvait créer un système en dehors des "lois naturelles" complètement au-dessus de celles-ci et imperméables à la réalité.


C'est comme-ci, nous avions créé un tableau. Tout le monde est tellement captivé par le tableau, se pensant les personnages du tableau et son environnement, qu'on en oublie qu'on est dans la salle du musée en train de regarder le tableau.

Un truc comme ça.


Quoi qu'il en soit je comprends.


Tout ça est ok.


Seul le moment présent Est.


Les réflexions de cet article se basent sur la mémoire et un effort rationnel. Or, ce qui nous importe, ce qui m'importe (sorry), c'est de vivre maintenant bien. Alors je passe à autre chose. Je définis maintenant la réalité que je souhaite. Je vis maintenant ce que je veux.


Tout est parfait.


Je n'ai pas connaissance de ce qui est possible et impossible.


Je suis bien, là maintenant.


Bisous,

Merci d'être

- Marie Mazeau professeure de Yoga sur Paris et à l'international. Guidance avec douceur et Joie.