top of page
  • lifexploratrice

Lettre d'amour à mon âme d'enfant

Dernière mise à jour : 14 mai 2022



Déjà qu'est-ce que c'est être un adulte ?


J’avoue que ce concept n’a aucun sens à mes yeux.


On me dit adulte j’entends : « maman, papa j’ai appelé ma poupée adulte, demain elle va se transformer en retraitée ».


Jock aside, j’ai cru remarqué qu’il y a des choses dont on a conscience mais qu’on oublie de transmettre à nos enfants.


Parce que ce serait compliqué de leur dire les mots suivants :


« Ecoute, la vie ça ne veut rien dire.


La vie ce sont des mots que je t’ai appris ou que l’école t’a inculqué.


Je suis désolée.


Je m’excuse d’avoir perdue de vue cela.


Tu as peut-être cru que je savais quelque chose, que tu es venu.e dans un monde défini, avec des règles, des peurs, des jeux, des créations, des histoires, des ne fais pas ci, ne fais pas cela, cela est mal, cela est bien, il y a des gens bons, des gens mauvais.


Ne m’en veux pas cher enfant.


La vérité c’est que je n’en sais pas plus sur la vie que toi.

Je ne sais pas comment j’ai pu me persuader qu’il y avait une manière de réussir, de souffrir.


Je te demande pardon.


J’ai oublié.


J’ai oublié de te dire qu’il n’y a pas d'autres savoirs, de connaissances que celles que tu trouveras en toi.

J’ai oublié de te dire que je ne suis personne.


Tu es seul.e entourée et étant toi-même cette énergie d’amour.


J’étais perdue.


Je voulais croire aux rêves.


Alors je t’ai dit que les mots étaient vrais, qu’ils étaient toi, qu’ils étaient le monde.


Amour je m’excuse.


Je ne savais pas qui j’étais.


Je suis perdue mon cœur.


Je me suis perdue dans ce rêve.


Je te souhaite de prendre conscience de ce voile et de l’enlever.


Je sais qu’au plus profond de toi tu sais ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.


Le monde qu'on te décrit ne raisonne pas juste.


Il t'est amusant d'y croire et y jouer un instant.


Ne te perds pas dedans mon enfant.


N'oublie pas qu'il ne s'agissait que d'un jeu.


L’amour, la paix, la joie, le jeu sont et seront ton essence.


Je te demande pardon.


J’aurais aimé te dire à quel point tu es divin.e.


Je m’excuse de t’avoir emmené dans ce cauchemar.


Oh ! Mon cœur, pardonne moi.


L’école n’est rien d'autre qu’une idée.


Ne la prend pas si elle ne te parle pas.


Divine énergie les notes, l’apprentissage, les ami.e.s, les amours, l’autorité, les bêtises, les réussites, les professeurs, les parents, le corps, l’apparence, l’intelligence ne sont pas vrais.


Je t’en prie mon ange, réalise que tu peux choisir de ne pas prendre ces concepts comme étant tient.


Choisis ceux qui te parlent.


Découvres-toi, joue, explore à ta manière.


Je suis là pour toi.


Je t’accompagnerai.


Je te rappellerai que tu es illimité.e. que tu es amour inconditionnel.


Je serais à tes côtés pour plonger dans ton âme.
Jusqu’à que tu réalises ton essence, l’essence de toute chose.

Amour.


De ma tour, prisonnière de mon rêve, je te souhaite de te découvrir.


Ange. Garde tes sens ouverts, fais-toi confiance.


N’aie crainte de préférer écouter, dessiner, sentir, crier, te rouler par terre, donner, exprimer ton amour, rire, à la vie que je te propose.


Défis mes croyances.


Me voilà enfermée dans la prison, construites de mes propres mains.


J’y suis rentrée par choix, par ignorance.


Pardonne-moi.


J’ai peur.


La vie fait son chemin.


D’après la société j’ai la vingtaine.


La société c’est le rêve dont je te parle.


C’est mon rêve, mon cauchemar.


Je m’excuse de ne pas avoir créé de l’amour, de la paix, de la beauté pour toi.


Je m’excuse d’avoir inventé la souffrance.


23 ans et rien n’a changé.


L’âge est un mensonge.


J’ai tous les âges en même temps, tout vécu et rien vécu.


Le temps est un mensonge.


La vie, la mort sont des mensonges.


Les parents ne sont pas.


Tendre amour si seulement j’avais su t’apprendre à te servir de ton imagination à bonne escient.


Si seulement tu savais.


Tout ce que je pensais être vrai, tout ce que je pensais savoir, être moi, être toi n’est pas ainsi.


Me voilà en chute libre.


Me voilà prisonnière d’habitudes.


Observe les pensées mon cœur.
Prends conscience de la présence de ces dernières et réalise qu’elles ne sont pas des personnes, ni ta personne.

Rends-toi compte que tu Es avant leur apparition.


Mon amour.


J’aimerais tellement pouvoir t’aider, te guider, te montrer.


Seulement, tout cela se déroule dans ton rêve.


Il n’y a que toi qui peux le remettre en question et réaliser l’envers du décor.


Je t’aime.


Merci.


A la prochaine


- Marie Mazeau professeure de Yoga sur Paris et à l'international. Guidance avec douceur et Joie.

bottom of page