top of page
  • lifexploratrice

Sensibilité et relations

Dernière mise à jour : 16 mai 2022

Penchons-nous sur les challenges rencontrés dans les relations avec des exemples et des petits tips.


Ce sujet m'intrigue depuis un bout de temps.


Il nous est aisé d'observer l'impact de nos paroles et de nos actions dans notre environnement.


Lorsque cela se produit on obtient un retour sensoriel, émotionnel.


Exemple : j'ai menti à cette personne, cela a créé un effet boule de neige. Jusqu'à que cela me revienne et me touche. J'ai mal au ventre, je me déteste, je broie du noir etc.


A partir de là on peut se dire que la chose la plus saine à entreprendre est de se souvenir des conséquences : " très bien les mensonges ça fait mal, ça me fait mal. J'arrête. Je jure transparence, honnêteté, bonté, gentillesse. D'autre part, je remarque que, parfois, sans rien demander, la personne me blesse, m'insulte, me déteste. Alors c'est décidé, je vais essayer de comprendre l'humain pour atténuer ma souffrance et éviter d'encaisser tout cela ".


Je comprends cette décision.


Par ailleurs, il s'agit de la méthode d'éducation la plus usitée.


Maintenant, je te propose des astuces pour s'épargner l'égarement.


Première astuce : ce que tu vis n'est pas toi



Remarquons, à l'aide de ce simple exemple, que tout ce que nous expérimentons nous le faisons à travers nous.


L'expérience se déroule en nous. C'est toi qui voies les choses, les sens, les ressens, les entends.


As-tu déjà observé cela ?


Que tout ce qui existe ne peut-être sans toi ?


Tout est vécu à travers ton spectre seulement ?


Dans une interview, Elon Musk amène son interlocuteur à requestionner la preuve de son existence. Sur quoi te reposes-tu pour affirmer que j'existe comme un être à part en tiers ?


Tu lis ces lignes. Qui te dit qu'une personne a écrit ces lignes ? Qui te dit qu'elles ont le sens que tu leur portes ? Ces mots ne veulent rien dire pour une personne n'ayant aucune connaissance de l'existence de l'écriture. Est-ce qu'il t'est possible de percevoir les choses telles qu'elles sont ? Sans l'intervention de ton imagination ou de croyances ?


Tu peux fermer les yeux, les ouvrir, les fermer.


Sans toi le monde existe-t-il toujours ?


Ce type d'exercice est très intéressant à réaliser de temps à autre.


Il s'agit de prendre conscience que ce que tu prends pour réel n'existe que si et seulement si cela se produit dans ton champ de perception.


Hop Hop Hop. Ne t'en va pas. Il s'agit du premier point à considérer. La première astuce. En explorant la vie de cet angle tu apprends sur toi, et réponds avec compassion.


Il s'agit d'une relation d'amour avec toi-même.


Deuxième astuce : la responsabilité

En prenant le point de vue de " tout existe si et seulement si Je suis ", je reconnais qu'il y a Je suis et, ensuite, ce qui est perçu. Ainsi, intervient la notion de responsabilité. On apprend à vivre en paix, dans la joie indépendamment des circonstances.


La méditation aide. Revenir à cette "sensation de présence" c'est se remémorer ce que ne nous ne sommes pas, ce qui existe au delà de notre contrôle.


Exemple : une personne m'insulte. J'ai conscience de ce qui se produit, les sensations corporelles ressenties, les pensées qui me viennent. Cependant elles ne sont pas moi. Elles apparaissent dans mon champ de perception c'est tout. J'écoute en sachant cela.


On ne dirait pas comme cela mais ça change tout.


Il s'agit d'une méditation que j'appellerais "active". Non pas que la méditation assise ne soit pas active. Disons, que je me place d'un point de vue purement perceptuel, non essentiel. Si tu médites régulièrement tu sais que la méditation n'a rien de passif. Cependant de l'extérieur on peut croire que c'est le cas. Bref.


Revenir à sa respiration, au Je suis (pour ceux et celles qui connaissent l'enseignement yogique associé), à cette "sensation de présence" (entre guillemets car indescriptible) tout au long de la journée libère. Dès que tu reconnais que ton attention est partie dans les pensées, pouf revient. Et cela à tout instant. Plus tu entraînes ton attention plus tu pourras te recentrer plus vite dans les moments challenging. En développant cette capacité, tu élargiras ton espace de liberté. Tu répondras aux événements de moins en moins inconsciemment.

Troisième astuce : le discernement, l'intuition


Je reviendrais un jour sur les avantages à embrasser sa sensibilité.


Une des choses chouette, consiste à ressentir les choses puissance mille.


Dans un premier temps, on peut le percevoir comme handicapant.


Du style : " daaamn le métro ça m’angoisse, je ne me sens pas bien du tout. Les soirées qui s'éternisent ça me fait mal au bide. Les espaces étriqués non merci etc. Je ne me sens pas à l'aise dans tellement de situations! Je ne suis pas normal.e ! ".


En fait, c'est une question de points de vue.


Il s'agit d'une opportunité en or pour se comprendre, s'explorer, et se guider à travers l'instinct.


Plus on accepte, c'est-à-dire, plus on réalise que ces ressentis ne sont pas nous, non permanents, moins on en a peur.


Arrive le moment où on apprend à utiliser cette sensibilité comme un instinct, une opportunité pour se connecter en profondeur avec les autres, le vivant.


J'écrirais un article sur cet aspect si cela t'intéresse. Il y a beaucoup à explorer.


J'ai déjà mentionné la méditation. Mais là encore elle joue un rôle crucial.


Pour conclure, je t'ai partagé trois de mes astuces pour explorer et être plus à l'aise dans tes relations et dans ton quotidien. Tu retiens donc que : ce tu vis n'est pas toi, tu ne maîtrises pas ce qui se produit mais tu peux choisir comment y réagir, ta sensibilité peut être ton meilleur outil pour explorer, grandir, connecter.


You got this !


Je t'aime,


A la prochaine.


- Marie Mazeau professeure de Yoga sur Paris et à l'international. Guidance avec douceur et Joie.

bottom of page