• lifexploratrice

L'Université à quoi ça sert?

Dernière mise à jour : 16 mai

Aaah le parcours scolaire. #whatthefuckamIdoing (->pensée sur toi follower Insta).


Pourquoi l'Université?

Je suis arrivée à l'Université parce que:

- Je fantasmais de m’asseoir dans un amphithéâtre et prendre en note les cours.

- J'aimais apprendre. J'avais soif de découvrir.

- On m'avait dit que je n'en serais pas capable

- J'ai choisi l'économie parce que je n'avais aucune idée concrète de ce que je voulais faire. Elle semblait être la filière la plus variée en termes de débouchés, puisque tout est économie.

- C'est ce que je pensais.... "que tout est économie".



On m'avait dit que je n'en serais pas capable

"Votre fille est trop artistique dans ses copies de maths."


Je voulais destroyer cette croyance selon laquelle je ne serais pas capable de faire certaines choses.

Spoil alerte: J'ai vérifié et mon intuition s'est confirmée. Nous sommes tous capable de faire ce que l'on souhaite. Notre cerveau peut très bien se développer et se spécialiser dans n'importe quel domaine.

C'est toi qui développes tes aptitudes.

En fait, il ne s'agit pas d'être capable ou pas capable. Il s'agit de choix. Tu sais que tu peux faire tout ce que tu veux, tu peux étudier les domaines de la science, de l'art, de la spiritualité et autres. Tout t'est possible. Et rien ne peut t'arrêter. Ta volonté est une force créatrice.

Si on te dit l'inverse...comment dire...il s'agit de l'ignorance. Ils ou elles n'ont pas conscience du potentiel qui nous est tous offert. On les aime fort et on avance.


J'ai étudié et je ne sais toujours rien....

J'ai étudié pendant 5 ans les logiques économiques (le paragraphe suivant n'est pas à lire en détail, je propose de tourner en ridicule l'amount of " connaissances " ): monnaie et finance, marketing et communication, commerce international, droit des affaires et du travail, mathématiques, statistiques, économétrie, microéconomie, macroéconomie, big data, informatique (code, data mining, informatique décisionnelle), comptabilité approfondie, management stratégique, histoire des faits économiques, économie des ressources humaines et du marché du travail, économie publique, économie des organisations, contrôle de gestion, stratégie de l'entreprise, économie d'internet et des réseaux, analyse financière, économie de la concurrence, conduite et gestion de projet, gouvernance d’entreprise, relations clients, création d’entreprise, management du déstockage, marketing Industriel BtoB, théorie des contrats et des incitations, options réelles, contrôle de gestion et formation des coûts, modélisation des coûts et des réseaux, constitution de plan d’affaires, analyse économique de la fiscalité,...



Maintenant que tu sais cela ; que personne ne peut t'arrêter par sa perception de ce qui est vrai et de ce qui est faux, de ce qui est possible et de ce qui impossible, de ce qui est bien pour toi et de ce qui ne l'est pas:

Qu'est-ce que tu veux vivre? Qu'est-ce qui t'anime? Qu'est-ce qui te fait frissonner, te met en extase, excite tes sens, ta curiosité, tes capacités créatrices etc? Quels sont ces moments de joie intense?

Voilà les questions que je me pose.

Par ailleurs, ce ne sont pas tant des questions que "l'endroit " vers où je dirige mon attention.

Identifie-les, vis les, et tend vers eux. C'est ça que je veux vivre. De la joie, vivre pleinement. Etre qui je suis sans limites, explorer cette vie fully. Il y a cette envie de jouer aussi. On s'éclate avec toute cette beauté et exploration de la vie. Le fait de ne rien savoir est incroyablement orgasmique.


C'est décidé, impossible et possible me sont étrangers.

Bro. Sista. Nous allons mourir. Des fois c'est difficile d'y croire. Et c'est ok.

Si on ne me l'avait pas dit je ne l'aurais pas su. J'aurai pensé que des personnes disparaissent de temps à autre. Comme toutes choses observées, tout change. Rien d'anormal.

L'environnement que nous avons créé nous cache la mort. Ça paraît compréhensible qu'on ait du mal à croire à notre mort. On se le dit intellectuellement. Mais est-ce qu'on y croit vraiment? Je ne le pense pas. Parce que si c'était le cas la peur n'aurait pas lieu d'être.

En ayant conscience de ce que nous sommes la peur n'est juste pas.

Pourquoi se créer et réagir à des peurs sociétales quand il n'y a que maintenant qui existe?


Je ne savais pas ce que je voulais

Je pensais: "tout est économie".

Je me disais: "je veux comprendre la réalité des autres."

En effet, je percevais un gap assez ouf entre ma perception et celle des professeurs, des parents, des "adultes" et des ami.e.s. Tu m'aurais dit: "qu'est-ce que tu veux faire de ta vie?", je t'aurais rep:

"Je ne comprends pas ta question. Je ne sais pas ce que j'aspire à faire. Je suis un peu en béatitude avec ce qui est là maintenant. Pour tout te dire, je suis tellement en extase là. Je ne vois pas pourquoi j'aurai le désir de vouloir autre chose".

Voilà tu le sais maintenant.


C'est LA révélation.

Mon désir: Vivre seulement. Ne pas faire. Pouvoir subsister à mes besoins seulement en étant pleinement.


J'ai découvert qu'il s'agissait d'un choix d'environnement et d'un state of mind (croyances, alignement avec qui je suis et ce qui est) plus que d'une réalisation matérielle.

J'aimerais également essayer d'expliquer que malgré tout ce que j'ai appris je ne sais toujours rien.


L'université m'a enseigné des concepts et des logiques. Aussi fascinantes et stimulantes intellectuellement les unes que les autres. Ma soif de jouer avec ces dernières a été assouvie. Cependant, très vite, à partir de la deuxième année de licence, j'ai pris conscience du caractère superficiel de toute cette knowledge.


Elle n'avait pas de fondement existentiel / réel.


En espérant comprendre "la réalité sociétale" j'ai découvert que ces croyances étaient encore plus perchées que je ne l'étais au départ.


Un peu choquée j'avoue.

J'ai commencé à m'ennuyer.


Tout est économie?

En entretenant ces croyances (systèmes économiques etc) on en est venu à croire que l'essence de la vie repose sur ces dernières.

Cependant, ces concepts ne sont réels que parce que nous les acceptons comme vérité et comme nous étant utiles. On les créait par l'imagination puis les traduits sous forme de concepts, et les matérialise. Ils deviennent, alors, partie intégrante de l'expérience et du réel.

Toutefois, n'aurions-nous pas oublié leur caractère conceptuel? N'aurions-nous pas oublié l'origine de tout? Ne serions-nous pas perdus dans ce rêve? Après avoir étudié les concepts et les logiques économiques, j'ai voulu me pencher sur l'essence même de leur existence et, donc, de mon existence.

Les outils ne me sont pas utiles si je n'ai pas conscience de pourquoi je les utilise et ce qu'ils servent. Ainsi, je m’intéresse à l'essence de toute chose, de qui je suis.

Ensuite, il me sera envisageable de m’intéresser à tous ces concepts sociétaux.

Sinon j'ai juste l'impression de passer à côté de la vie.


Tout simplement.


On retient que:

Il faut bien se rendre compte que personne ne peut me dire ce que je peux faire ou ne peux pas faire parce que personne ne sait véritablement ce qui est possible et est impossible. Nous sommes limité.e.s par: nos perceptions, nos souvenirs, nos réactions à des événements externes, nos croyances, la mémoire d’événements antérieurs... tout cela rend nos opinions subjectives.

C'est magique quand on y pense. Une expérience rien que pour nous.

Je ne peux pas te conseiller non plus. Parce que je n’interagis que dans mon champ de perception. Tu n'existes pas comme tu le penses à mes yeux. C'est assez captivant comme phénomène. Je te laisse te pencher dessus (tu peux te demander : si tu n'existais pas qu'est-ce qui serait ? Est-ce que ce n'est pas de ton existence que ta réalité provient? Donc, sans exister tout cela n'est pas. Dans ce cas, les gens n'existent pas non plus en dehors de ta psyché. Alors, est-ce que tu existes aussi? Et là, ça devient de plus en plus deep.

Aaah je kiffe cette exploration.

D'ailleurs je pensais te donner un nom: Ouai t'as vu.

Astronaute du réel.

On explore,

On se demande ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.

On déconstruit.

On enjoy et on est curieux.se.

On découvre et on reste bouche bée.

J'adore.


- Marie Mazeau professeure de Yoga sur Paris et à l'international. Guidance avec douceur et Joie.